· 

« Bizarrement, mes enfants ne trouvent jamais leurs chaussons, mais sont capables de repérer un morceau d’oignon dans une assiette à plus de 10 mètres. »

Cette citation m’a fait hurlé de rire, je l’ai vécu tellement de fois ! 
Comment est-ce possible ? C’est probablement en lien avec leur instinct de survie et pour éviter l'empoisonnement…

Ce qui m'amène à cette question, quel type de parent êtes-vous quand votre enfant se met à hurler à la vue d’un morceau de carotte dans son assiette..?
Oui, même si le morceau de carotte ne touche aucun autre aliment. Sisi, c’est du vécu !

Bon, face à un problème d’une telle ampleur, j’ai envoyé du lourd :

 

  • J’ai fait comme si de rien n’était (quoi ? quelqu’un me parle ? quelqu’un s’exprime ? non, je n’entends rien, je m’assois et je souris)
  • J’ai retiré le morceau de carotte comme si c’était très grave
  • J’ai soupiré, après avoir passé du temps à cuisiner pour un si mauvais accueil
  • J’ai parfois tenté de négocier
  • J’ai même insisté

 


Rien de tout cela n’a fonctionné !

Et le pire ? J'ai arrêté de mettre des carottes dans son assiette parce que j’en ai déduis que j’étais une mauvaise maman incapable de faire manger des carotte à son fils.

Rassurez-vous, mon fils mange des carottes aujourd’hui !

Comment peut-on accompagner nos enfants vers le meilleur pour eux, sans perdre notre sang-froid ?

Voilà une question que je me suis posée il y a plus de 11 ans maintenant et à laquelle j’ai tenté de répondre.

Je ne cesse d’étudier ce sujet qui me passionne et j’en apprends encore tous les jours.

 

  1. Notre style parental dépend en partie de notre éducation
  2. Nous reproduisons beaucoup de comportements
  3. Nous reproduisons également ce qui nous a fait souffrir
  4. Nos valeurs parentales peuvent être contraires à nos croyances
  5. Nous pouvons agir avec nos enfants à l’encontre de leur bien-être et du nôtre
  6. Nous sommes, en tant que parent, soumis à de grands niveaux de stress
  7. Nos enfants sont immatures émotionnellement et dépendent de nous pour apprivoiser le monde
  8. Les enfants apprennent à gérer les conflits à partir de la façon dont on les traite quand on est en colère (ou sous stress)
  9. La culpabilité parentale est un atout ou un handicap, selon la façon de l’interpréter et d’agir dessus.

 


Tous ces sujets passionnants nourrissent ma pratique professionnelle de psychologue et psychothérapeute.

La première formation proposée est une invitation à plonger au coeur de nous-même pour en retirer le meilleur.
D'ailleurs j’en parle ici>>>

Prochainement je vous parlerai du super pouvoir de chaque parent.

A très bientôt,
Chaleureusement,

Margaux

PS1 : Chaque parcours de parent est semé de trésors, le secret pour les voir est dans cette citation :

« Chaque journée n’est peut-être pas réussie, mais il y a quelque chose de réussi dans chaque journée. » (Petit Bambou)

Écrire commentaire

Commentaires: 0